Samenaire de vidas de Violette Ailhaud

Samenaire de vidas

Samenaire de vidas, Daniel Daumàs traduit en langue d'oc, L'homme semence de Violette Ailhaud.

Ce petit livre, édité par les éditions Parole connait un succès incroyable par le bouche à oreille. Il s'est en effet vendu à 35 000 exemplaires.

Interprété par le théâtre, le cinéma, le conte, la danse, la bande dessinée, la gravure et le cinéma (Le semeur de Marine Francen), il a aussi eu droit à un festival en 2013.

Traduit et édité en allemand, en italien, en suédois, en espagnol, en néerlandais, en anglais et dorénavant en occitan provençal.

C'est Daniel Daumàs, chanteur et écrivain établi à Artignosc-sur-Verdon qui a écrit cette dernière adaptation.

 

L'homme semence - Samenaire de vidas

En 1852, Violette Ailhaud est en âge de se marier quand son village des Basses-Alpes est brutalement privé de tous ses hommes par la répression qui suit le soulèvement républicain de décembre 1851.

Deux ans passent dans un isolement total. Entre femmes, serment est fait que si un homme vient, il sera leur mari commun, afin que la vie continue dans le ventre de chacune.

Aquò venguet dau fons de la comba. Tre que passet la gafa, que l’ombra aguet escafat lei belugas de l’aiga tras leis isclas, se veguet qu’era un òme. Nòstra natura de femnas sensa espós se metet a brandilhar.

Nòstrei braçs s’arreston d’amolonar le fen. Se regardam e caduna se soven dau jurament. S’aganton nòstrei mans e se sarron a ne’n far petar lei jonchas. S’alarga nòstre pantais, esfrai deliciós entre paur e desideri.

Postface de l’historien Jean-Marie Guillon de l'Université de Provence, membre de l'association 1851.

L'’auteur

Née en 1835, Violette Ailhaud est morte en 1925. Elle a écrit L’homme semence en 1919. Pour la seconde fois en 70 ans, son village vient de perdre tous ses hommes.

Le traducteur

Chanteur, conteur et écriveur, Daniel Daumàs chemine depuis l’enfance avec deux langues maternelles : l’occitan provençal et le français.

L’histoire du livre

Au delà de l’histoire contenue dans ce livre, c’est l’histoire du livre lui-même qui est un véritable conte !

Violette Ailhaud est née en 1835. Elle est morte en 1925 au Saule Mort, un hameau du village du Poil, dans les Basses Alpes, aujourd’hui Alpes de Haute-Provence. Elle a écrit ce texte en 1919.

Dans sa succession, il y avait une enveloppe qui ne pouvait pas être ouverte par le notaire avant l’été de 1952.

Après ouverture, la consigne indiquait que son contenu, un manuscrit, devait être confié à l’aîné des descendants de Violette, de sexe féminin exclusivement, ayant entre 15 et 30 ans.

Yveline, 24 ans alors, s’est donc retrouvée en possession du texte, texte qu’elle a confié aux éditions Parole en 2006.

Et voici le début de cette incroyable aventure !

Emission VAQUI, les succès d'écrivains

Voir l'émission VAQUI, les succès d'écrivains, par Frédéric Soulié - 05/01/2021.

Daniel Daumàs y parle notamment de cette adaptation et Jean Darot présente les éditions Parole.

 

 

Pour en savoir plus et commander L’homme semence

Vous pouvez commander ce roman sur le site de l’éditeur, mais également dans votre librairie préférée.

Écrit par Florence le 22 janvier 2021

Laisser une réponse



Lire les derniers articles...


Qui suis-je ?

Webmaster à l’Agence de Développement des Alpes de Haute Provence, j’ai par ailleurs une passion pour les livres et l’écriture.

Lectrice et amoureuse des Alpes de Haute Provence, j’anime ce blog sur les écrivains, les livres et l’écriture, pour faire découvrir ce beau département autrement

Loin d'être un blog littéraire, je partage simplement mes lectures d'écrivains du département tels que Jean Giono, Pierre Magnan, René Frégni, Alexandra David Neel, Maria Borrely... et vous présente de nouveaux auteurs.

Je vous invite aussi à découvrir ce département qui inspire tant d'écrivains !

Fan de Maria Borrely, des descriptions de Jean Giono, de Jean Proal... et toujours à l'affût de nouvelles écritures !

N'hésitez pas à donner vos avis et à partager vos lectures d'écrivains bas alpins !

Florence

Suivez-moi aussi sur Twitter : https://twitter.com/litterature04

Archives