Jean-des-Figues de Paul Arène

Jean-des-Figues de Paul Arène

Paul Arène écrit, à 25 ans, son chef-d'œuvre Jean-des-Figues.

L'auteur, né à Sisteron en 1843, a rédigé ce récit en deux mois, (juillet août 1868), au Bastidon de la Cigalière (dit Bastidon Paul Arène) à Sisteron.

Dans ce livre dédié à Alphonse Daudet, la vie de l'auteur se confond avec celle du héros.

C'est l'histoire d'un jeune Provençal qui abandonne son pays natal où il s'ennuie pour "monter" à Paris.

Il va y essayer, deux ans durant, tous les ingrédients de ce qui caractérise la vie de bohème dans la capitale, en ce milieu de XIXe siècle.

Mais, au final, il devra bien s'aperce­voir que rien ne vaut la vie tranquille de Sisteron et de sa Provence...

Les Editions des Régionalismes ont réédité en juillet 2017 l'édition de 1932, illustrée par François de Marliave, dans une nouvelle version entièrement recomposée.

Jean-des-Figues

Je vins au monde au pied d'un figuier, il y a vingt-cinq ans, un jour que les cigales chantaient et que les figues-fleurs, distillant leur goutte de miel, s’ouvraient au soleil et faisaient la perle. Voilà, certes, une jolie façon de naître, mais je n'y eus aucun mérite.

Aux cris que je poussais, (ma mère ne se plaignit même pas, la sainte femme !) mon brave homme de père, qui moissonnait dans le haut du champ, accourut.

 

Paul Arène

Paul Auguste Arène est né le 26 juin 1843 à Sisteron et est décédé à Antibes le 17 décembre 1896. Il est enterré à Sisteron.

Journaliste, poète, écrivain, il insérait dans ses œuvres les particularités et les mœurs des paysages provençaux. Il fut l'un des grands écrivains provençaux du XIXe siècle.

Licencié de philosophie, après avoir été maître d'études au lycée Thiers à Marseille, il devient journaliste à Paris. Il fréquente cafés littéraires, théâtres...

Ami d'Alphonse Daudet, il a notamment travaillé avec lui à l'écriture des chroniques provençales dont le propos est très proche des célèbres Lettres de mon moulin.

Il est, comme Frédéric Mistral et Théodore Aubanel, auteur de langue française et de langue d'oc. Nommé majoral du Félibrige en 1884, il écrivit des nouvelles et des poèmes en provençal.

Parmi ses œuvres figurent des chroniques, pièces de théâtre, poèmes et contes comme Jean des Figues, Le Char, L’Ilote, Paris Ingénu, Des Alpes aux Pyrénées, La Chèvre d'Or, Nouveaux contes de Noël, La Gueuse parfumée, Les Ogresses, Friquettes et Friquets, Contes de Provence, Domnine, etc.

L’épitaphe de Paul Arène :

M'en vau l'amo ravido
D'ave pantaia ma vido.

que l'on peut traduire "Je m'en vais l'âme ravie - d'avoir rêvé ma vie".

En savoir plus

Vous trouverez certaines rééditions des œuvres de Paul Arène chez votre libraire préféré.

 

Écrit par Florence le 31 août 2017
Laisser nous votre avis... 1 commentaire

Laisser une réponse



Florence

il y a 4 semaines

Venez écouter la lecture d'œuvres de Paul Arène lors des Journées Européennes du Patrimoine à Sisteron.
Les 17 et 18 septembre 2022.

Dans ce Bastidon de la Cigalière (dit Bastidon Paul Arène) l'écrivain a rédigé en juillet et août 1868 "Jean des Figues", et plus tard quelques uns de ses plus beaux contes : le lieu idéal pour écouter une lecture de ses œuvres !

https://www.sisteron-buech.fr/fr/patrimoine-culturel/bastidon-paul-arene-bastidon-cigaliere
https://www.sisteron-buech.fr/fr/evenements/journees-europeennes-patrimoine-lecture-oeuvres-paul-arene

Lire les derniers articles...


Qui suis-je ?

Webmaster à l’Agence de Développement des Alpes de Haute Provence, j’ai par ailleurs une passion pour les livres et l’écriture.

Lectrice et amoureuse des Alpes de Haute Provence, j’anime ce blog sur les écrivains, les livres et l’écriture, pour faire découvrir ce beau département autrement

Loin d'être un blog littéraire, je partage simplement mes lectures d'écrivains du département tels que Jean Giono, Pierre Magnan, René Frégni, Alexandra David Neel, Maria Borrely... et vous présente de nouveaux auteurs.

Je vous invite aussi à découvrir ce département qui inspire tant d'écrivains !

Fan de Maria Borrely, des descriptions de Jean Giono, de Jean Proal... et toujours à l'affût de nouvelles écritures !

N'hésitez pas à donner vos avis et à partager vos lectures d'écrivains bas alpins !

Florence

Suivez-moi aussi sur Twitter : https://twitter.com/litterature04

Recevez les prochains articles


Archives