J’ai enfin pu dévorer “Elégie à Laviolette” !!!! Toujours aussi passionnant et prenant. Un seul petit regret (en bonne bas-alpine chauvine) : l’histoire se déroule dans les Hautes-Alpes et non dans les Alpes de Haute-Provence. A ce petit détail près, il n’y a qu’un mot à dire “merci” Monsieur Magnan.…